Vous êtes ici

Les café-numériques au Cybercentre du chemillois

Usages
Retour d'expérience sur la mise en place de cafés numériques au cybercentre du centre social du Chemillois, par Yvan Godreau animateur multimédia.

Suite à la mise en place en 2008 de « samedis matin forum échanges numériques » autour d'un thème choisi par les participants et encadré par l'animateur du cybercentre, nous avons souhaité copier le principe des cafés géo principalement pour impliquer les bénévoles du cybercentre et proposer des thèmes proches de nos usagers. Nous avons mis en place cette action 3 fois cette année, mais il nous semble que celle-ci serait à développer.
 

QU'EST-CE QU'UN CAFÉ GÉO ?
 
Le café géo, comme l'explique le centre social de Val'Mauges qui en eu l'idée, consiste à organiser un échange de savoir au sujet d’un pays donné.

Notre idée était de garder cet esprit d'échange de savoirs autour d'un thème, tout en sortant de l'organisation « type » où l'animateur mène le débat, amène ses connaissances et répond aux questions. L'animateur prends alors la posture de soutien du bénévole, d'accompagnement dans sa préparation, d'aide à la réponse aux questions, mais pas plus ! Ce sont les usagers qui animent.

Un exemple de café-numérique : un bénévole a mis en place un café numérique sur le cloud computing, accompagné d'un stagiaire (recherche et recoupage des informations, préparation des présentations, etc). Le fait que ce soit eux qui aient présenté ce café numérique, à la place de l'animateur a eu beaucoup plus d'impact.

Ce que les gens recherchent lors de ces matinées, c'est la découverte, l'échange, et certains viennent assister aux cafés numériques pour amener leurs connaissances. À chaque café-numérique, un temps de pratique et d'usage du sujet présenté est proposé. Ce temps est important pour être « dans le concret » et échanger avec les bénévoles et usagers de manière informelle. 

 

LES FREINS CONSTATÉS

Nous souhaitions mettre en place un café par mois mais plusieurs éléments nous ont ralenti :
- le temps : il faut beaucoup de temps pour trouver un thème intéressant, le préparer et accompagner les bénévoles
- les bénévoles : ils doivent être disponibles et prêts à donner de leur temps pour préparer cette intervention
- le public : nous avons fait le choix d'organiser moins de temps forts pour s'assurer la présence de plus de public à chacun d'entre eux.



LES POINTS POSITIFS

La mise en place de ces temps a permis à certains bénévoles de s'auto-former en préparant les thématiques et en prenant la parole en public. 
Cette action est mise en place au cybercentre de Chemillé dans l'optique d'accompagner le changement dans l'usage du cybercentre où les usagers ne viennent, non plus uniquement pour consommer (des formations, de l'internet, de l'écran), mais aussi pour échanger, partager, passer des moments conviviaux ensemble.

Ce mode d'échange, initié par les bénévoles eux-mêmes, nous permet de faire découvrir aux usagers des thèmes inédits tout en nous renseignant sur l'évolution des demandes en formations sur les usages numériques. 


LA SUITE

Nous allons essayer de mettre en place ces cafés numériques à d'autres moments de la semaine (le soir ou en journée) et en essayant d'être moins « élitistes » sur les thèmes abordés : la veille numérique et le cloud computing ne sont pas des sujets qui parlent à tous le monde.


Un article d'Yvan Godreau
Animateur multimédia du cybercentre au centre social du Chemillois